LES HAIES

Les haies vives

Mélanges d’espèces feuillues ou caduques, elles peuvent être fleuries, basses, défensives ou former un coupe-vent.

Voici quelques exemples de végétaux adaptés :

Abélia (abélia grandiflora). Ce bel arbuste au feuillage persistant, dont les fleurs ont un parfum subtil, se plaît davantage dans un climat doux.

Cognassier du japon (chaenomeles speciosa). A feuillage caduc vert foncé, il possède des fleurs très rouge en février avant les feuilles.

Ses fruits restent longtemps sur les branches.

Groseiller à fleurs (ribes sanguineum). Bel arbuste caduc touffu dont les fleurs en forme de grappes, rouge sanguin, se chargent de fruits noirs.

Oranger du Mexique (choisya ternata). Beau feuillage persistant, vert brillant, fleurs parfumées en groupes d’avril à juin.

Escallonia (escallonia). Il aime les régions assez chaudes. Feuillage persistant vert brillant. Ses fleurs roses ou rouges s’épanouissent en été.

Nous pouvons citer bien d’autres arbustes plus courants comme le weigelia, le forsythia, le seringat, l’hortensia, le deutzia, le viburnum boule de neige, la spirée, etc…

Egalement les végétaux dont seul le feuillage est décoratif : olivier de bohême (elaeagnus angustifolia), noisetier pourpre (corylus purpurea), charme (carpinus betulus), argousier (hippophae rhamnoides), berberis ( berberis) thumbergli), cornouiller (cornus) etc…

Laissez-vous guider dans votre choix par vos goûts et ce que vous rechercher.

Les haies strictes

Bien alignées taillées au carré, hautes ou basses, elles servent de coupe-vent ou protègent des regards extérieurs. Elles forment la base créative d’un jardin et sont le plus souvent composées d’une seule espèce.

Les conifères

Cyprès de leyland (cupressocyparis leylandii). Il a la particularité de pousser très rapidement, de 80 cm à 1 m de hauteur par an. Intéressant pour les grandes haies de 2 à 3 m de hauteur et plus. Vous prendrez soin de planter chaque arbre à 1,20 m d’intervalle.

Thuya plicata ‘atrovirens’. Peut-être le plus connu. Son feuillage vert intense est irrésistible. Sa hauteur usuelle peut aller de 1,50 à 2 m et plus. Plantez-les à 80 cm les uns des autres.

If commun (taxus baccata).

A pousse lente, il se trouve souvent dans les jardins à la française. Avec sa taille de 1,50 à 2 m, il sera planté à 80 cm de distance.

D’autres conifères s’adaptent parfaitement à la réalisation de haies : cyprès, cyprès de lawson…

Les feuillus caducs et persistants : un grand nombre d’autres plantes peuvent entrer dans la composition d’une haie stricte.

Laurier palme et laurier du caucasse. Peut-être les plus courants. De pousse rapide, ils se plantent tous les 80 cm.

Troène du japon (ligustrum japonicum). Ce grand classique des haies, persistants, est apprécié pour sa floraison estivale. Il se plante tous les 60 à 80 cm.

Buis (buxus sempervirens). Caractéristique des jardins à la française, à pousse lente, il se plante tous les 25 cm pour une haie basse et à 80 cm pour les hautes.

Eléagnus (elaeagnus ebbingei, ‘maculata’ et angustifolia). Adaptés aubords de mer, ils peuvent constituer des haies vives ou taillées. Plantez-les tous les 80 cm à 1 m de distance et limitez la hauteur à 1,50m.

Carpinus betulus. Ce très beau feuillu convient aux haies jusqu’à 2 m de hauteur et se plante sur deux rangs en quinconce tous les 80 cm.

Lonicera nitida. Il convient pour une haie basse de 50 cm à 1 m. plantez-le tous les 50 cm et taillez-le régulièrement.

Buisson ardent (pyracantha) et cotoneaster (cotoneaster franchetii). Ces plantes peuvent se marier. Limitez les haies à 2 m de hauteur et plantez-les tous les 80 cm.

La plantation

Deux méthodes :

pour les haies strictes ouvrez une tranchée de 0,50 m de largeur, en prenant soin de mettre la terre d’un côté et celle du dessus d’un autre.

- pour les haies vives, creusez un trou par sujet (0,50 cm de large et de 0,50 cm de profondeur environ. La grandeur du trou dépend de la taille de la plante). Puis, quelle que soit la méthode, ajoutez un terreau de plantation et un fortifiant à la terre de surface réservée.

  

La préparation des plants

En conteneur, elle demande un soin particulier. Supprimez l’effet de chignonnage (l’enroulement des racines à l’intérieur du pot) en tranchant verticalement la motte. Faites-la tremper pendant 10 minutes avant de la planter.

Pour les plantes en racines nues, rafraîchissez les racines (taillez-les légèrement) et rabattez de un tiers les branches principales, toujours sur un œil extérieur.

La plantation

Nous avons vu qu’il fallait séparer la terre du fond et celle du dessus : le but de cette méthode est de mettre la terre du dessus, déjà fertilisée et plus souple, autour des racines afin de favoriser encore plus le développement des radicelles de vos plantes. Veillez à ce que le collet (départ de branches ou bourrelets de greffe) soit situé au niveau du sol. Après cette plantation, arrosez copieusement.

La taille

Pour les haies strictes taillez au carré  deux fois par an (au printemps et à l’automne).

Pour les haies vives c’est un peu différent. La taille n’est pas systématique.

Elle a pour vocation de former, et chaque genre subit une taille particulière.

Les arbustes à floraison printanière ils se taillent après la floraison, et ceux à floraison estivale en automne. Les arbustes feuillus et persistants se taillent suivant la forme que vous souhaitez apporter à votre haie.

Le binage et le paillage

Ils sont indispensables à la bonne réussite de vos plantations.

Le binage : il sert à nettoyer et à aérer le sol et permet d’enfouir les engrais et fertilisants.

Le paillage : il recouvre le sol à l’aide d’écorces de pin (sur 8 cm d’épaisseur) ou d’un film plastique étendu avant la plantation.

La fertilisation

Elle sera effectuée en automne et au printemps lors d’un labour pour les engrais de fond. Puis lors de l’entretien en cours de végétation, des apports d’engrais coup de fouet sont conseillés.

L’arrosage

Il est primordial pour l’équilibre, l’échange des matières organiques, la formation des nouvelles radicelles et la fortification des racines maîtresses. Plusieurs types d’arrosage : le goutte-à-goutte, le micro poreux et l’arrosage traditionnel (voir livret sur l’arrosage).

Les traitements contre les maladies et ravageurs

En ce domaine, l’observation de vos plantations est importante. Par vos constats, vous serez amené à traiter de façon préventive ou curative.

Les maladies : (oïdium, rouille blanche ou brune, brunissure des thuyas, anthracnose) se traitent préventivement à partir de fin février. En cas d’attaque avérée, traitez curativement avec des fongicides, appropriés et ce tous les 12 jours.

Les ravageurs : (pucerons, chenilles, aleurodes, larves diverses, acariens) se combattent dès l’apparition des premières attaques avec des insecticides appropriés aux types de ravageurs.